Aller le contenu

La partie d’échec

Je fais une pause dans mes prenantes activités pour faire un petit point sur le changement de paradigme que nous ressentons tous à l’heure actuelle. Il est toujours difficile de considérer les choses avec abstraction, pourtant, il faut essayer d’y parvenir, sans se laisser embarquer par une sorte d’inertie irrépressible provoquée par l’adhésion, par la croyance, par l’acceptation, par la résignation parfois. Le monde change, et derrière ces termes, il y a tout une logique qui se met en place et qui redistribue les cartes. Notre pays, la France, n’est qu’une variable dans ce schème qui s’élabore peu à peu, jour après jour, et qui annonce de grands et terribles bouleversements.

Ce matin j’écoutais Régis Le Sommier s’exprimer sur l’échec de Poutine avec l’Ukraine. Je trouve cette vision des faits un peu simpliste, caricaturale, facile, et surtout très imparfaite. Comment définir, de nos jours, ce qu’est d’un point de vue géopolitique une victoire ou une défaite ? Limiter la réflexion sur ces deux possibilités c’est vraiment envisager le monde d’un point de vue naïf, car faussement définitif, faussement normaliste. Poutine et la Russie ont-ils vraiment perdu, ou sont-ils en train de perdre la guerre ? Est-ce, en soi, une guerre ? Oui, dans l’idée d’une agression d’une nation par une autre. Mais au-delà de ça, en filigrane, il y a toute une suite d’éclaircissements qui sont en train de se faire, notamment par rapport aux dépendances, par rapport à la réalité d’un pouvoir, par rapport à l’équilibre des nations les unes par rapport aux autres.

Si aujourd’hui certains voient dans l’attitude de Poutine un signe de faiblesse, un début de déclin, la réalité nous décrit surtout le rapprochement d’un bloc dont la configuration et la complémentarité dévoile déjà une supériorité économique indéniable. La Russie, la Chine, l’Inde, sont ainsi le nouveau Géryon qui fait de l’Europe la survivance d’un ordre ancien. Géryon dans la mythologie grecque est décrit comme « un géant triple », notamment vaincu par l’invincible Heraclès. Ce combat décrit une victoire par la force contre la force. Mais Heraclès restera dans le panthéon grec le seul hémithéos à avoir foulé le sol mythologique… en résumé, il est une exception, une anomalie presque, en tout état de cause une force inarrêtable, soumettant la nature et même les dieux (cf le dernier travaux et son affrontement avec Hadès) à sa volonté.

Face à ce Géryon qu’est le bloc précité, y a-t-il vraiment un Heraclès qui peut reproduire l’exploit ? Les Etats-Unis reviennent souvent comme attiseurs du conflit, selon l’idée acceptée et digérée que les guerres en Europe auront bénéficié à l’économie américaine, ce qui et indéniable. Mais la stagnation du conflit en Ukraine, voire le recul de la Russie, ne peut être interprété sérieusement comme une victoire. Ou alors à la Pyrrhus. Quoi qu’il advienne, l’artificialité de la construction européenne a surtout éclaté au grand jour, avec l’idée, pour encore utiliser la métaphore de la mythologie grecque, d’un tonnerre et d’un éclair sans la puissance de la foudre. Nous vivons, à l’heure actuelle, la confrontation de narrations qui veulent chacune redéfinir le monde pour le traduire selon sa vision. Jamais la question de la propagande n’avait autant pesé dans les débats avec la reconnaissance plus ou moins tacite de sa valeur stratégique dans la création et l’alimentation de croyances nécessaires à la bonne marche des systèmes. Ces croyances sont vulgairement qu’il n’y a pas de puissance sans fédéralisme, que les nations en tant que telles sont devenues soit obsolètes soit antinomiques à la compétitivité, que l’Europe peut peser dans le changement de paradigme mondial, que l’atlantisme est le seul rempart à ce changement de la balance des pouvoirs qui fait écho à un changement de statut des nations.

Le souci avec les croyances, c’est que leur existence, leur pérennité, ne résident que dans la réalisation plus ou moins permanente de ses effets. Et quand tout un fonctionnement systémique ne s’appuie que sur la circulation financière, elle-même le résultat d’une croyance qui a de plus en plus de mal à se corréler avec la réalité, le réel vient peu à peu parasiter les vérités provisoires pour dessiner un nouveau paysage, un nouveau monde, qui s’annonce à la fois effrayant et inquiétant… car virevolte finale à cette illusion d’un monde figé dans une sorte d’accomplissement idéologique et économique.

Nous sommes les pions dans une grande partie d’échec où les figures maîtresses bougent d’elles-mêmes, et ce serait encore bien naïf qu’il y ait simplement deux joueurs, face à face. Nous vivons la mondialisation dans sa concrétisation la plus redoutable, soit une entropie permanente et plus que compliquée à anticiper. Dans un monde où l’éthique est devenue une valeur secondaire ou pire, une faiblesse, il n’y a pas à compter sur la magnanimité ou la philanthropie. L’ambition des acteurs de cette partie, c’est bien la domination, la suprématie, purement et simplement. Et la base solide sur laquelle elles se réaliseront est simplement la réalité des ressources énergétiques et d’un potentiel marché plus ou moins autonomisé. En résumé, ce sont les dépendances qui vont définir les futures vassalités.

En France, nous assistons à une réelle et totale fracture sociale et il ne faut pas s’y tromper, sociétale. La croyance, une fois encore, est à la fois l’enjeu et le moteur des débats. Il y a une énergie de maintien qui tente de plus en plus désespéramment de contenir l’entropie inévitable d’un système de plus en plus dysfonctionnel. C’est une erreur, c’est une folie, de croire qu’il sera possible de contenir la violence et la colère populaire en lui opposant une sorte d’aveuglement illuminé. De cet autoritarisme un brin grotesque émerge un instant de survie qui se traduit par une politisation de plus en plus évidente des plus jeunes qui par la synergie des réseaux communicationnels s’amplifie de jour en jour. C’est amusant par ailleurs de constater la discréditation systématique des réseaux sociaux dans les médias, comme s’ils n’étaient que des places publiques nauséabondes et bassement populaires. S’il faut reconnaître la constante difficulté de la discussion démocratique, il faut aussi avoir l’honnêteté de constater l’éveil des consciences et l’acquisition de connaissances. L’accusation permanente de complotisme pour cataloguer perpétuellement toute opposition ou contestation ne suffit plus.

La partie d’échec est intense, à tous les niveaux. Le monde change. Nous en sommes à la fois acteurs et spectateurs, mais la multiplicité des sources d’information, l’accès jusque là inédit à des données de tout horizon, nous permettent aussi de ne pas subir une narration particulière. Au contraire, il faut les confronter pour en discerner les limites et les invraisemblances. Ou rester sur cette vision manichéenne du bien et du mal, des gentils et des méchants. Cette candeur, quoi qu’il en soit, ne peut perdurer que si les croyances subsistent, ce qui semble facétieux en cette période pour le moins apocalyptique*. Toutes ces crises sont autant de clarifications qui s’effectuent, qui se succèdent, nous demandant soit de nous maintenir dans l’illusion d’un statu quo ou l’acceptation d’une révolution.

*pas dans le sens de la fin du monde, mais du latin ecclésiastique apocalypsis, issu du grec apokalupsis : révélation divine.

Les commentaires sont fermés mais les trackbacks et les pingbacks sont activés.