Depeche mode : indémodable

Hier, sortie du nouvel album de Depeche Mode, et article bien sympa dans les Inrocks ! Ce groupe est rest√© mon pr√©f√©r√©, le seul qui ait surv√©cu √† mon adolescence et au passage du temps et des modes ! J’ai h√Ęte d’acqu√©rir cet album, et je crois que je ne me lasserai jamais d’√©couter des classiques comme Never let me down again, A question of lust, I feel you, ou encore ma chanson pr√©f√©r√©e of the world, Walking in my shoes (d’une courte note devant ¬ę¬†Home¬†¬Ľ).

L’article des Inrocks est sympa (j’avais jamais commut√© l’influence grunge dans Songs of faith and devotion), mais personnellement, c’est davantage la port√©e spirituelle et mystique qui m’a toujours profond√©ment interpell√© dans leurs chansons. Et la voix, sublime, unique dans sa tonalit√© grave majestueuse, de Dave Gahan, laissant parfois la place, par une forme de schizophr√©nie malicieuse, au timbre plus pos√© et d√©licat de Martin Gore.

En ces temps o√Ļ l’√©ph√©m√®re nous rappelle son triste joug, avec toutes ses stars-produits et ses succ√®s d’un seul √©t√©, il est bon de retrouver des idoles qui, malgr√© un parcours tortueux, n’oublient pas leur public et nous reviennent toujours.

Kiss me goodbye
When I’m on my own
But you know that I’d
Rather be home

Extrait de ¬ę¬†A question of lust¬†¬Ľ (Depeche mode, Martin Gore)

Le clip de ¬ę¬†Heaven¬†¬Ľ – premier single √† sortir dans les charts de ce nouvel opus.

Le site officiel de Depeche Mode : http://www.depechemode.com/

La dette publique, un tabou qui nous co√Ľte cher

Au lendemain de la prestation de Fran√ßois Hollande, de nombreux m√©dias font l’√©cho de l’explosion de la dette publique. Personnellement, dans mon article d’hier, j’√©voquais le sujet, qui est √† mon sens au fondement d’une r√©flexion fertile visant de redonner √† la France la fameuse comp√©titivit√© qui lui manque. D√©ception, encore, en voyant le sujet compl√®tement √©lud√©, avec un discours d’affirmation, presque incantatoire, d’une politique qui demande toujours aux autres, ou plus g√©n√©ralement aux entreprises, d’agir.

Il y a eu, hier, un bel exercice de d√©placement de la responsabilit√©. Dans le fond, et mon article d’hier le disait bien, ce n’est pas une strat√©gie fonci√®rement pernicieuse. Par contre, ne faire reposer la logique d’une croissance et d’un dynamisme √©conomique, que sur une partie des acteurs, est √† la limite de l’incorrection. Ce pays cr√®ve de son fonctionnement, et par l√† je ne pointe pas forc√©ment le fonctionnariat dont il a, et nous, usagers, avons plus particuli√®rement besoin. Je veux √©voquer ces oc√©ans d’argent qui circulent sans aucune obligation d’une quelconque justification comptable, des logiques administratives aberrantes qui cr√©ent des siphons budg√©taires d√©bouchant sur des zones floues et les fameuses d√©penses de fonctionnement, trous noirs comptables qui procurent chaque ann√©es des camemberts dont certaines parts sont quelques peu √©sot√©riques.

On a besoin de l‚Äô√Čtat, on a besoin des fonctionnaires, et le d√©bat n’est pas, encore, d’une scission entre les int√©r√™ts du travailleur du priv√© et celui du public. Le d√©bat est, √† l’instar de ce qu’√† demander hier Hollande concernant la r√©mun√©ration des plus riches, d’une transparence totale dans les d√©penses et les investissements. Il y a, d√®s √† pr√©sent, un r√©el conflit d’int√©r√™t, une partie des rouages n’ayant pas comme volont√© d’optimiser la partie du m√©canisme dont ils ont la charge. Il y a surement √† faire pour valoriser la r√©mun√©ration de chacun, dans une logique d’√©quit√© et de justice, mais cela ne peut se faire qu’en mettant tout √† plat, en oubliant les petits jeux comptables et les maquillages s√©mantiques. Les scandales r√©cents de certaines institutions ont d√©montr√© les d√©rives des d√©penses publiques. Mais elles n’√©clatent que par √† coups, au d√©tour d’une investigation journalistique ou par le fait de mouvement isol√© (la mairie d’Angoul√™me avec l’affaire Baudis). Pour ne pas avoir √† corriger, il faut appr√©hender. La m√©thode et les proc√©dures doivent se situer en amont, et pas en aval ; les comptes rendus publiques et v√©rifi√©s par des autorit√©s missionn√©es pour traquer les abus.

De la transparence, enfin, pour aller au cŇďur du sujet, qui est la gestion de ce pays. Dans une d√©mocratie, du moins comme elle a √©t√© red√©finie lors de l’id√©al r√©volutionnaire au XVIII√®me si√®cle, le principe d’√©galit√© s’imposait dans la volont√© d’une r√©elle synergie populaire. Ce n’√©tait pas d’ailleurs dans une logique sociale, mais r√©ellement dans le d√©sir de mettre fin √† l’exploitation abusive des richesses communes utilis√©es et gaspill√©es √† des fins personnelles. Le mot ¬ę¬†privil√®ge¬†¬Ľ poss√®de en France une particuli√®re sonorit√©, et il couvre une mentalit√© bien sp√©cifique visant √† s’arroger un avantage par rapport aux autres. La r√©volution n’a jamais r√©ussi √† d√©truire ce r√©sidu de l’ancien monde, pour devenir une scorie persistante et d√©rangeante dans un id√©al d√©mocratique qui √† l’arriv√©e, fait de la concession son mode d’utilisation. Pas tant que la d√©mocratie r√©volutionnaire soit d√©mod√©e ou inadapt√©e ; elle a juste besoin, apr√®s plus de deux si√®cles d’invocation d√©magogique, d’√™tre litt√©ralement appliqu√©e : Libert√©, √©galit√© et fraternit√© ne peuvent se r√©aliser sans transparence.

Les entreprises pourront se d√©mener, il y a de quoi √™tre d√©courag√©, en songeant que tous leurs efforts ne serviront qu’√† contribuer √† nourrir un syst√®me qui lui ne se remet jamais en cause, entonnant des justifications de solidarit√© qui font de l’assistanat une philosophie. Mais beaucoup d’entre nous ne demandent pas forc√©ment de l’aide, juste qu’on leur permette de participer, en citoyens loyaux et actifs, √† la vie de la cit√©. L’entreprise est devenue le cŇďur de notre soci√©t√© lib√©rale, et l‚Äô√Čtat un arbitre n√©cessaire. De ces deux acteurs, aucun ne doit pr√©valoir sur l’autre.

Hollande, un probl√®me d’image

dessin humoristique arcticdreamer.fr about the french president
notez la posture christique du messie en puissance.

Ce soir, jeudi 28 mars 2013, notre pr√©sident, Fran√ßois Hollande, va s’exprimer sur France 2. Une intervention strat√©gique tandis que le pays conna√ģt une des p√©riodes les plus d√©primantes au point de vue tant √©conomique que politique. L’incapacit√© √† changer, les difficult√©s √† moderniser un pays qui tente de survivre en conservant au maximum ses vieilles et inadapt√©es habitudes, font que le d√©bat se d√©place encore sur un homme plut√īt que sur un peuple. Ce matin, beaucoup de sites font l’√©cho de la baisse de confiance des fran√ßais envers Fran√ßois Hollande, comme s’il √©tait le messie sauveur qui d√©tenait les cl√©s de toutes les solutions envisageables. Cette mani√®re de penser est pour le moins d√©monstrative d’une vision des choses ancr√©e dans une forme d’habitus soci√©tal, qui n’a jamais vraiment adopt√© des r√©flexes r√©ellement d√©mocratiques. ¬ę¬†On a besoin de pain, mais que fait le roi ?¬†¬Ľ Je n’irai pas m’√©tendre sur les analyses freudiennes avec la bonne vieille m√©taphore du p√®re, mais les m√©dias r√©duisent souvent le d√©bat √† cette question hors-jeu : mais que fait le patron ?

Continuer la lecture de « Hollande, un probl√®me d’image »

La bonne blague aux blogueurs

dessin humoristique de carambar interviewé par arcticdreamer
Confession sans concession d’un terrible s√©ducteur. Carambar est une marque appartenant √† Kraft Foods, tous droits r√©serv√©s.

Aujourd’hui, un petit buzz ou un retournement strat√©gique, au choix, dont la marque Carambar profite aux d√©pens des blogueurs, vu sur le site du point.fr. Le fond de l’histoire : l’annonce de la fin de la blague Carambar, c√©l√®bre pour √™tre parfois d’une nullit√© tellement profonde qu’elle en devient d√©sopilante (me rappelle d’ailleurs d’un vieux Joystick qui avait parsem√© ses pages √©ditoriales de fausses blagues Carambar pas dr√īles du tout, devenant du coup, par un effet retors, hilarantes), remplac√©e par des petits quizz style papillote de No√ęl.

Continuer la lecture de « La bonne blague aux blogueurs »

Bubble Bobble le défi

Bubble bobble vs arcticdreamer
Le combat des vieux chefs – Bubble bobble est une marque copyright Taito

Ce week-end, challenge inter-g√©n√©rationnel relev√© avec l’ach√®vement du mythique Bubble Bobble de Taito, avec mon fils… qui passe plus de temps √† me d√©rober mes fruits √Ęprement m√©rit√©s √† coups de bulles vengeresses, qu’√† chercher les solutions des √©nigmes. D’un autre cot√©, il a de jolis r√©flexes le gamin, √ßa me fout un coup de vieux quand je vois comme il saute dans tous les sens.

C’est pas pour dire, mais ce jeu est une d√©monstration du pixel fant√īme, bien avant les bugs de texture des jeux 3D actuels. Mention sp√©ciale au niveau 99, qui ne peut √™tre termin√© (enfin si j’ai tout bien compris) que par le second joueur, vu que l’acc√®s au monstre dans sa cage √† lapins, au centre de l’√©cran, n’est pas accessible par la gauche (√† se demander s’il n’y a pas un message politique).

J’imagine m√™me pas l’argent d√©pens√© en salles d’arcade dans les ann√©es 80 pour le finir compl√®tement…

La lutte avec l’Ange

Venant d’inaugurer la page ¬ę¬†Arts picturaux¬†¬Ľ, un petit back up d’un article √©crit √† propos d’une oeuvre d’Eug√®ne Delacroix que¬† j’admire particuli√®rement, La lutte de Jacob avec l’Ange, en octobre 2011. En r√©digeant l’article, j’avais d√©couvert √† l’√©poque Henri Bauchau, po√®te magnifique, passionn√© par cette toile, mort presque un an plus tard en septembre 2012.

Continuer la lecture de « La lutte avec l’Ange »

Le Code de la Propriété Intellectuelle Рarticle L. 111-1 : quand une loi a vieilli

La page du site legifrance.gouv.fr qui accueille le texte. Contrairement à ce qui nourrit le gag, la mise en page témoigne de tous les critères d'une oeuvre de l'esprit... mais elle fait partie du domaine publique, légalement, elle.
La page du site legifrance.gouv.fr qui accueille le texte. Contrairement √† ce qui nourrit le gag, la mise en page contient tous les crit√®res d’une Ňďuvre de l’esprit… mais elle fait partie du domaine public, l√©galement, elle.

Ce matin dans ma boite mail, un petit r√©sum√© des tweets me pr√©vient d’une sinistre affaire concernant un clich√© r√©cup√©r√© et non r√©mun√©r√© par une prestigieuse chaine de tv fran√ßaise. En allant sur le blog concern√©, le site d’un professionnel de la cuisine, ce dernier a pris soin de transcrire litt√©ralement le courrier qui lui est parvenu suite √† son alarme l√©gitime aupr√®s des autorit√©s de la chaine, en constatant la pr√©sence de son clich√© dans une √©mission tv de d√©but de soir√©e.

Continuer la lecture de « Le Code de la Propri√©t√© Intellectuelle – article L. 111-1 : quand une loi a vieilli »

Le pingouin et le manchot

Hier, les m√©dias ont commenc√© √† faire leurs choux gras des paroles d’une chanson de l’√©pouse du Pr√©sident, sortant, de la R√©publique, Carla Bruni Sarkozy. En ce moment, au vu d’une conjoncture quelque peu difficile, c’est l’√©preuve du feu pour Fran√ßois Hollande qui se retrouve confront√© √† l’ire grandissante de l’opinion tant publique que m√©diatique. De nombreux commentateurs et autres observateurs ne se privent donc pas d’une petite critique agac√©e, maintenant que l’euphorie du d√©but de mandat a transit√© vers la zone ¬ę¬†gueule de bois¬†¬Ľ, avec un constat de la situation, d√©sastreuse, d√©voilant l’ivresse d√©magogique de son discours √©lectoral.

Continuer la lecture de « Le pingouin et le manchot »

The Secret World √©pisode 6 : un parfum d’Indiana Jones

Illustration humoristique d'arcticdreamer.fr pour le jeu the Secret World
Le déblocage des archétypes est une excellente idée, respectant la philosophie zen du fraggeur-poseur.

Dans le monde tr√®s opportuniste des Mmorpg, Secret World fait figure √† la fois de challenger et d’iconoclaste. Alors que la majorit√© des titres empruntent leur th√©matique √† l’univers de la fantasy ou de la science-fiction, le jeu de Funcom trouve son originalit√© en proposant une exp√©rience de jeu dans un univers contemporain, dans des lieux existant r√©ellement, comme par exemple la ville de Kingsmouth (enfin sans les zombies), petite bourgade am√©ricaine situ√©e dans le Maine. La storyline oppose trois factions, ou plus pr√©cis√©ment trois soci√©t√©s secr√®tes : les Illuminati, les Templiers, et les Dragons.

En d√©couvrant le jeu lors de sa sortie en juillet 2012, j’avais personnellement √©t√© particuli√®rement attir√© par le concept novateur de proposer une exp√©rience virtuelle dans un contexte ¬ę¬†r√©aliste¬†¬Ľ (nous parlons bien du d√©corum et de la g√©ographie des lieux). Par le pass√©, il y avait eu des projets similaires jamais r√©ellement achev√©s (comme un jeu bas√© sur l’univers de Matrix qui semblait bien parti), ou des effets de mode tr√®s √©ph√©m√®res (The Second Life), mais √† chaque fois, la difficult√© d’associer un v√©ritable contenu ludique avait finalement fait d√©faut et r√©v√©l√© un produit vide, l’int√©r√™t se limitant aux premiers √©brouements et √©merveillements d’une toute nouvelle r√©alit√© virtuelle. Alors, The Secret World, novateur en quoi ? Essentiellement, pour sa ligne sc√©naristique √† la fois ambitieuse et risqu√©e, mais √©galement en grande partie pour ses m√©canismes de jeu, √† la fois bien pens√©s et suffisamment originaux pour s’av√©rer jouissifs √† manipuler. Au niveau du sc√©nario, l’histoire se basent sur trois factions qui renvoient aux diff√©rentes th√©ories du complot et son panel de soci√©t√©s secr√®tes. Des groupuscules mythiques dont nous entendons r√©guli√®rement parler au d√©tour d’un fait m√©diatique ou d’une th√©orie tarabiscot√©e expliquant certains faits insolites. Je me rappelle r√©cemment d’un reportage sur la TNT, avec en mire la Statue de la Libert√©, d√©crite comme un symbole cyniquement invers√© qu’aurait plac√© les fameux Illuminati dans la baie de New York;. Bien entendu, les journalistes dudit programme s’ing√©nieront √† d√©montrer toute l’√©normit√© de cette th√©orie, en adoptant finalement le dogmatisme de ceux qui se contentent du fameux bon sens (cette fameuse alternative bourgeoise √† la foi, pour reprendre le sens et le vocabulaire chers √† Roland Barthes), pour an√©antir toute hypoth√®se parano√Įaque. Dommage, c’√©tait marrant.

¬ę¬†– Mais ma bonne dame, si des organisations secr√®tes dominaient le monde, √ßa ferait longtemps qu’on s’en serait rendu compte.

– Sauf s’ils font bien leur boulot, Monsieur.¬†¬Ľ

Quoi qu’il en soit, la th√©orie du complot reste une th√©orie, car il faut bien avouer que des deux cot√©s, les preuves ne r√©sistent jamais √† l’√©preuve de la v√©rification Et pour cause, l’interpr√©tation est la cl√© de tous ces raisonnements, et il n’y a jamais rien de vraiment tangible pour v√©ritablement attester de la r√©alit√© d’une politique secr√®te dominant le monde. Si c’√©tait le cas, d’ailleurs, merci de corriger le tir, pour l’instant c’est pas grandiose comme r√©sultat.

Avec une petite recherche googl√©enne, vous trouverez pas mal de sources traitant la th√©matique des groupes cach√©s et mondialement actifs, sectes, loges, chambres, et autres petits mots de vocabulaire √©voquant les chuchotements et les c√©r√©monies secr√®tes. Personnellement j’ai bien aim√© le site ¬ę¬†actualitedelhistoire.over-blog.com¬†¬Ľ, qui traitent de certains sujets sensibles avec un propos libertaire et une volont√© d’argumentation que je trouve louables (l’analyse du ph√©nom√®ne soci√©tal et du d√©tournement de fonds publics que fut l’affaire de la grippe H1N1 me semble, par exemple, tr√®s judicieuse). La page consacr√©e aux Illuminati est tr√®s bien pourvue et vous permettra de vous familiariser si vous le souhaitez, √† cette ambiance d’alc√īve qui entoure ces th√©ories du complot et tous leurs groupuscules de manipulateurs de masse.

The Secret World consid√®re donc ces faits comme bien r√©els, et oppose trois factions, qu’on pourrait d√©crire comme √©tant guid√©es par des motivations compl√®tement diff√©rentes, la domination du monde devenant la condition impos√©e √† l’accomplissement de leurs desseins. En osant la synth√®se, nous dirons donc que :

La faction des Illuminatiles Illuminati : repr√©sentent les soci√©t√©s secr√®tes oppos√©es au pouvoir √©tatique, √† la d√©mocratie, pr√īnant un gouvernement par une √©lite disposant de tous les moyens intellectuels et financiers pour imposer son (ses) point(s) de vue. Leurs desseins ne sont nullement mal√©fiques, simplement ils se situent dans une logique assez pessimiste concernant la possibilit√© de la soci√©t√© de s’appuyer solidement sur la d√©mocratie et les principes √©galitaires pour parvenir √† une certaine forme de stabilit√© √©conomique et politique. Ils sont g√©n√©ralement oppos√©s √† toute religion, qui ne peut √™tre qu’obscurantisme. Et ils aimes les triangles dans les logos.

Les Templiers dans the Secret World Les Templiers : la faction anim√©e par des principes m√©taphysiques et spirituels, riche d’un h√©ritage judeo-chr√©tien pr√īnant des valeurs de partage et de mis√©ricorde. S’appuyant sur un h√©ritage culturel mill√©naire, sur une imagerie et une iconographie inspirante, les Templiers sont les protecteurs du temple qu’est le monde. Ils sont profond√©ment oppos√©s aux autres camps tout en ayant adopt√© un point de vue conciliant pour √©viter les affres d’une rivalit√© affich√©e. Et ils d√©tiennent la v√©rit√©, ce qui n’est pas rien dans ce monde de mensonges (√† moins que…). Eux ils aiment les croix, limite du f√©tichisme.

La faction des Dragons dans The Secret WorldLes Dragons : le Yin et le Yang, soit une mentalit√© orientale beaucoup moins manich√©enne qu’en occident. Poursuivant des buts secrets, ils pr√īnent notamment la th√©orie du chaos d’o√Ļ peut surgir le renouveau. Du moins si j’ai bien compris la sc√®ne introductive, car je n’en ai pas crois√© pour l’instant beaucoup dans le jeu. En gros, s’ils vous charcutent au d√©tour d’un champ de bataille multijoueurs, n’y voyez rien de personnel. Et je ne sais pas trop ce qu’ils aiment, utiliser le symbole du Tao fait un peu clich√© maintenant, le directeur artistique de Funcom n’aurait pas os√©.

D√®s le d√©but, le jeu vous propose d’int√©grer l’un de ces trois groupes, et vous √©voluez imm√©diatement dans une ville contemporaine o√Ļ vous d√©couvrez les dessous de l’histoire et on vous confie votre premi√®re zone d’affectation. Franchement, m√™me si on peut reprocher, √† l’instar de World of Warcraft et de la majorit√© des Mmorpg actuels, un itin√©raire un poil trop script√©, la qualit√© de l’intrigue, de l’ambiance, et surtout des processus ludiques forcent le respect. Le jeu, √† base de classiques qu√™tes, instances, zones pvp, etc., s’appuient sur un univers au croisement de Fringe et de X Files pour l’ambiance. Il n’est pas d’ailleurs √† mettre entre toutes les mains, tant le monde propos√© se r√©v√®le sombre et d√©sesp√©r√© (heureusement que votre avatar est l√† pour mettre un peu d’ordre dans tout √ßa). Le gameplay est un peu particulier, et on est quand m√™me bien loin d’un jeu au petits oignons comme la grosse machine de Blizzard (bien qu’avec le temps, la jouabilit√© ait subi une optimisation la limitant… √† quelques touches). Mais certaines phases du jeu, certaines √©nigmes, procurent des sensations ludiques et des tremblottes √©motionnelles bien trop rares ces derniers temps. Certaines qu√™tes se permettent des petites mises en sc√®ne bien glauques, inspir√©es des classiques de films d’√©pouvante (la maison noire reste en cela une mission bien sympathique et bien stressante). Dans le registre de l’immersion, un navigateur internet est int√©gr√© au jeu, afin d’explorer en temps r√©el (si cette expression poss√®de une quelconque valeur dans un espace virtuel), les ressources √† votre disposition pour trouver l’indice ou les informations n√©cessaires √† l’accomplissement de vos buts. En pratique je me suis retrouv√©, par exemple, √† r√©cemment rechercher l’alphabet en morse, pour d√©coder un message sonore trouv√© durant une qu√™te, ou √† farfouiller le site d’Amazon √† la recherche d’un ISBN, lui-m√™me code secret conditionnant l’acc√®s √† un ordinateur poss√©dant des ressources strat√©giques. L’addition de la richesse sc√©naristique, de l’univers et de l’ambiance parano√Įaque mis en place, de la multiplicit√© des challenges ludiques, et de syst√®mes de jeu particuli√®rement originaux pour ce type de jeu (par exemple, pas de progression de niveau, mais l’accumulation de comp√©tences d√©bloquant des arch√©types) font de ce produit ludique l’un des meilleurs Mmorpg du moment.

Sortie sur le mod√®le d’un abonnement mensuel, les chiffres de vente bien plus bas qu’initialement envisag√©s, ont conduit Funcom √† proposer le jeu en freeplay en fin 2012, soit √† la date √† laquelle j’ai pris la d√©cision d’acqu√©rir le jeu. Bien que l’entreprise subisse √©conomiquement le contrecoup du relatif √©chec du jeu (avec un regroupement des effectifs et des licenciements √† la cl√©), le nouveau mod√®le √©conomique a boost√© de pr√®s de 400% le nombre de joueurs entre fin 2012 et maintenant, assurant au jeu un tardif succ√®s et une certaine p√©rennit√©. Renfor√ßant cette nouvelle vitalit√© et transformant totalement l’essai en r√©ussite, Funcom vient d’annoncer la sortie de l’√©pisode 6 dont le d√©ploiement est pr√©vu le dimanche 15 mars. Les premiers abonn√©s, devenus depuis le changement du mod√®le √©conomiques des membres premiums, ont donc acc√®s durant trois jours √† partir d’aujourd’hui, √† ce nouveau contenu, sous certaines r√©serves tarifaires si j’ai bien compris le mail de Funcom. Enfin, 10 euros pour trois jours d’attente, il y a un pas dans la geek attitude que je ne franchirai jamais.

Visuet de la sixième extension de The Secret World
Joli visuel qui ressemble √† une cover de comic book d’aventure.

Le trailer, comment√© par le Directeur du jeu, Joel Bylos, est visible sur Youtube, et pr√©sente l’ambiance ensoleill√©e de cette extension, changeant des contr√©es morbides et des ruelles glauques auxquelles le jeu nous avait jusqu’√† pr√©sent habitu√© (enfin j’avoue avoir √† peine achev√© Kingsmouth… pas pr√™t de l’√©trenner l’√©pisode 6…). Vous noterez que le th√®me musical emprunte d’ailleurs l’envol√©e du th√®me du h√©ros de Spielberg, une petite note en dessous (une note secr√®te, quoi !). Que dire √©galement de la nouvelle arme disponible, hommage direct √† Indiana Jones : le fouet. Entre la parodie et le clin d’oeil, The Secret World est un jeu qui constamment utilise la culture de nos soci√©t√©s modernes et urbaines, pour en d√©voiler les plus effarantes facettes, tout en nous permettant de vivre des situations et des ambiances cultes (en faisant Kingsmouth, j’avais l’impression de relire mes vieux bouquins de Stephen King, dont le jeu contient d’ailleurs un ersatz aux initiales similaires, en la personne de Sam Krieg – esp√©rons que King n’est pas aussi tar√© d’ailleurs).

A moins de 30 euros le jeu, The Secret World poss√®de une richesse de contenu et un nombre d’heures de jeu potentielles qui rentabilise l’investissement. Si vous en avez marre de taper de l’orc ou de chevaucher du dragon, n’h√©sitez pas.

La vid√©o de l’√©pisode 6 de The Secret World sur Youtube.com :

Tous les détails de ce 6ème épisode de The Secret World sur le site de Funcom.

Le guide de The Secret World par Funcom : découvrez toute la richesse de The Secret World.

Habemus papam and the buzz

Donc hier soir, r√©sultat de l’√©lection √† bulletin secret et √† fum√©e variable, le nouveau pape 2013 est l√†, et il s’appelle Jorge Bergoglio. Malgr√© des consonances strat√©giquement latines, ce n’est pas de ce cot√© de l’h√©misph√®re que nous vient ce nouveau repr√©sentant divin, mais d’Argentine, la lointaine sud-am√©rique.

C’est amusant comme certains artistes r√©alisent des oeuvres souvent proph√©tiques. Pas forc√©ment que les auteurs soient soudainement dot√©s de capacit√©s divinatoires, mais simplement ils parviennent dans certains cas √† d√©passer le voile des choses, que contribuent √† renforcer les valeurs trompeuses de l’instant pr√©sent. Je pense notamment √† Dan Simmons, et son p√©riple d’Endymion, qui contait il y a d√©j√† quelques ann√©es les calculs d’une Eglise moribonde, cherchant √† survivre dans un univers de plus en plus √©tendu et confront√© √† une science dogmatique et d√©mystifiante. Et √† Nanni Moretti qui, il y a deux ans, avec son film ¬ę¬†Habemus Papam¬†¬Ľ, montrait un autre pape (formidable Michel Piccoli) s’interroger sur son nouveau r√īle et surtout sa volont√© de l’accepter.

Les m√©dias, tr√®s contents de voir que la sainte Eglise veuille (enfin) accorder ses instruments communicationnels sur le vibrato de la culture du buzz permanent, ont depuis pr√®s d’un mois, comment√© et relay√© abondamment les rebondissements du feuilleton √©piscopal. Symphoniques et presque haletants (ou vendus comme tels), les √©pisodes ont √©t√© marqu√©s par des longueurs savamment calcul√©es, des transitions habiles et bien structur√©es, pour parvenir √† une conclusion un poil surprenante, installant un l√©ger sentiment de nouveaut√© et de r√©volution que l’Eglise s’ing√©nie depuis quelques temps √† mettre en Ňďuvre. Car il ne faut pas s’y tromper, l’air de ne pas y toucher, c’est bien de la communication, humaine, poursuivant des desseins presque marketing, dont on peut percevoir les habituels rouages, et non quelques r√©v√©lations divines, qui r√©g√©n√®re une institution (religieuse) √† l’image vieillissante, menac√©e de plus en plus fortement d’une d√©su√©tude compl√®te.

C’est amusant de lire les actualit√©s ce matin sur le sujet. Amusant de voir certains commentateurs de l’√©v√©nement, tels des journalistes sportifs, parler de la d√©ception d’une certaine partie des croyants italiens de constater l’√©lection d’un pape ne venant pas, d’une part, de leur pays, mais d’autre part, en d√©couvrant que le recrutement s’est effectu√© en Am√©rique du sud, un autre continent, et accessoirement ancienne terre coloniale. Int√©ressant comme tous les observateurs s’accordent √† reconna√ģtre dans le choix des pr√©lats de l’officine religieuse, un geste symbolique et strat√©gique visant √† r√©compenser et √† r√©pondre √† la fois, √† une logique d’audimat et √† un potentiel de march√©. La plume de Pierre Gasquet sur le site des √©chos.fr, analyse ainsi et √† raison que le nouveau pape [¬ę¬†refl√®te aussi la mont√©e des pays √©mergents et l’importance croissante de l’ √©glise d’Am√©rique latine qui compte d√©j√† les deux premi√®res communaut√©s catholiques en termes num√©riques avec le Br√©sil et le Mexique.¬†¬Ľ]

La modernisation se poursuit d’ailleurs √† petites touches, avec l’abandon de la formule pr√©par√©e en latin (sauf sur Tweeter – mais bon, faut faire ¬ę¬†cur¬†¬Ľ), la langue morte restant durablement l’ostentation d’un certain √©litisme, le geste de se rattacher √† un capital historique et culturel qui auparavant assurait d’une certaine l√©gitimit√©. Le nouveau monde multim√©diatique, avec une g√©ographie √©conomique et politique compl√®tement chaotique, est en train de balayer tous ces rep√®res sur lesquels notre perception de la r√©alit√© s’√©tait construite. L’Eglise pr√©pare lentement mais s√Ľrement sa transition, et ses petites concessions √† la modernit√©, aux d√©pens d’une tradition qui n’est plus assez rentable, font pour l’instant une petite pantomime dont on ne sait pas encore si elle augure d’autres choses que de simples effets d’annonce (√† l’intention tr√®s phatique). Le fait que le nouveau pape choisisse un nom cassant la lign√©e de ces pr√©d√©cesseurs, est √©galement une d√©cision int√©ressante, mais ma culture en la mati√®re ne me permet pas d’en discerner toutes les nuances (apparemment les j√©suites ont eu raison d’√©vang√©liser les sud-am√©ricains, si je fais dans l’analyse laconique). L’Eglise a toujours √©t√© une structure √©minemment politique et politis√©e, et les manŇďuvres strat√©giques se dessinent sur des d√©cennies – cette gestion du temps est d’ailleurs la marque de fabrique d’une institution faisant l’ironique promotion de l’√©ternit√©.

On dit que Malraux disait que le XXI√®me si√®cle serait spirituel/mystique/religieux ou ne serait pas. Je vous invite d’ailleurs √† vous rendre sur le site du guichetdusavoir.org qui nous √©claire sur la question. Ce qui est certain, c’est que dans un monde en perte de rep√®res et de certitudes, avec en permanence le sentiment d’une apocalypse raviv√© par les alertes m√©diatiques permanentes, sans qu’aucune r√©elle solution ne soit concr√®tement pr√©sent√©e, les horizons m√©taphysiques sont amen√©s √† retrouver un peu de leur fraicheur. L’Eglise, qui l’a bien compris, a d√©cid√© √† l’√©vidence de se pr√©parer √† ce grand march√© mystique qu’un futur pour l’instant bien sombre, annonce en le provoquant. Soyez donc pr√™t √† √™tre tweet√© pour votre prochaine r√©v√©lation divine (@pontifex pour suivre le hub papal, je vous le rappelle).

dessin humoristique d'arcticdreamer.fr concernant l'élection du nouveau pape
Religion free-mode