Aller le contenu

Mois : octobre 2013

Sorcières à découper pour Halloween

Mes enfants adorent Halloween, et chaque année ils se font une véritable fête à préparer la soirée du 31 octobre, enthousiastes à l’idée de se déguiser et de bouffer gloutonnement des pelletées de bonbons, tout en matant des séries ou des films jouant sur la thématique calendaire. Afin de les aider à parfaire la décoration de notre chez nous, j’avais un jour saisi un stylo feutre et gribouiller quelques sorcières que j’avais sommairement coloré. Des années plus tard, je les vois donc se balancer au-dessus de ma tête, toujours heureux de revoir ses gentes dames harnachées avec élégance sur leur balai.

Cette année, j’ai décidé de leur en réaliser quelques unes de plus, histoire de rénover leur fond de décoration, et vu qu’internet est une terre d’échange et de partage (tant qu’on respecte les droits afférents, bien sûr…), j’ai eu l’idée de vous les mettre à disposition. Vous trouverez donc ci-dessous différentes sorcières à découper (les traits de contour sont logiquement suffisamment épais pour que vos gros ciseaux s’actionnent sans que trop ils ne sectionnent), certaines à colorier, d’autres prêtes à l’emploi.

ATTENTION : utilisation à des fins personnelles, domestiques, et nullement commerciales. Toute utilisation hors du cadre familiale, notamment à des fins financières, ou toute reprise de ces dessins sans mon autorisation expresse (mais un petit mail courtois peut souvent faciliter et éclaircir les choses), pourra faire l’objet de poursuite(s).

sorcière à découper largueuse de citrouille sur arcticdreamer.fr - couleur n°4 sorcière à découper largueuse de citrouille sur arcticdreamer.fr - couleur n°3 sorcière à découper largueuse de citrouille sur arcticdreamer.fr - couleur 2 sorcière à découper largueuse de citrouille sur arcticdreamer.fr - couleur 1 sorcière à découper largueuse de citrouille sur arcticdreamer.fr sorcière à découper turbo sur arcticdreamer.fr sorcière à découper jeunette arcticdreamer.fr

Écrire un commentaire

Plus fort : 34 photos incroyables de monuments abandonnés

Amusant comme en farfouillant sur le web, en dépassant les premières pages de résultats de Google avec la requête « photos incroyables de monuments abandonnés », on arrive parfois à débusquer des sites vraiment intéressants. Et pour le coup, en cherchant d’autres clichés de ce type, je suis tombé sur un site nommé Tooply, qui permet de réaliser des classements (des Tops, quoi ! ^^) et surtout inclue la possibilité que les visiteurs puissent voter à leur tour, classant en conséquence les éléments de la thématique proposée.

Du coup, je suis tombé sur le Top 34 des plus beaux lieux abandonnés dans le monde (un peu moins vendeur que « photos incroyables », mais bon, le sensationnalisme est l’apanage des journalistes), dans lequel j’ai d’ailleurs retrouvé une flopée des clichés vu hier sur le site du point.fr, sauf que les contributions remontent apparemment à 7 mois de cela (recyclage, quand tu nous tiens). Il y a carrément des photos qui inspirent l’effroi (la numéro 11, parfaite illustration d’un avatar de l’hôtel hanté qui semble s’être échappé du Shinning de King – la numéro 15 : le parc d’attraction Nara Dreamland au Japon, qui rappelle le manga « Spirale » de Junji Ito – la numéro 21 : le parc de DisneyLand abandonné près de Beijing en Chine, parfaite illustration des conséquences d’une catastrophe post-atomique – etc.), d’autres qui sont simplement étonnantes (la numéro 19, avec l’arbre en haut de la cheminée), voire émouvantes (la numéro 1, le tunnel de l’amour, qui est pleinement métaphorique – je vois de la lumière au fond !!! 🙂 – la numéro 34 : il faut venir en Vaucluse, y en a plein des moulins abandonnés !!! ).

Écrire un commentaire

Les photos incroyables de monuments abandonnés

En surfant ce matin sur le site du Point.fr (encore attiré par les sirènes de l’édito de FOG, c’est pas sérieux… enfin vous pouvez aller le lire, moi j’adore ^^ – surtout que son dernier billet, au sujet brûlant (que je n’évoquerai pas) suscite de passionnées réactions), je suis tombé sur un petit article montrant les photos incroyables (un superlatif qui a de plus en plus de mal à ne pas susciter la plus franche méfiance de nos jours) de 12 monuments abandonnés, sachant que le terme « monument » est à prendre au sens très large (style des gros bateaux, sûrement monumentaux, n’en sont pas canonisés pour autant).

Les images sont belles, presque oniriques (étrange la statue sous l’eau de 2m50 semble gigantesque par rapport au nageur… photoshoperie fortuite ?), à découvrir le temps d’une pause café (comme celle durant laquelle j’écris cet article). Après, photos incroyables non, mais petit rappel de l’obsolescence et de la finitude de toute chose. Si ça vous remonte pas le moral, ça ?! 🙂

Pour voir les photos, au cas où vous auriez raté les typos bleus ciel, c’est ici !

Écrire un commentaire

Carrie : la caméra cachée qui fait flipper

Mon premier Stephen King fut Christine (suite à la vision de la formidable adaptation de John Carpenter au ciné), mon second fut Carrie. J’avais 14 ans, j’étais parti en vacances chez mes grands-parents à Annecy, et j’avais lu le roman d’une traite, en un après-midi. Ensuite, j’ai vu le film de De Palma, mais le roman reste une des plus belles productions du maître de l’épouvante à l’américaine, et j’ai été carrément déçu (contrairement à Christine… mais le film et le livre sont en fait radicalement différents, Carpenter accomplissant un tour de force en sublimant le propos du livre tout en respectant ses éléments constitutifs).

Durant longtemps, la couverture du livre de poche avec une reproduction graphique du visage effrayé et sanglant de Sissi Spacek a hanté ma bibliothèque, avant que je ne le prête et ne le revisse jamais (mais je suis nul en bricolage, j’avoue). Je l’ai lu au moins trois fois, car sa structure et son intrigue restent encore aujourd’hui résolument modernes et actuelles (flashback, coupure ou article de presse, témoignage, etc.).

Apparemment, un remake est en train d’être parachevé, et j’ai découvert à l’occasion d’un surf aléatoire, la vidéo de la production qui, pour faire le buzz, a réalisé pour le coup une caméra cachée pas piquée des hannetons. Personnellement, j’aurais flippé comme mes enfants devant la chauve-souris de Viva Pinata (private joke avec mes gosses, huhu !)…

Écrire un commentaire

La guerre de la Tablette n’aura pas lieu

Depuis quelques temps, les spécialistes du numériques osent parfois se lancer dans des prédictions un brin farfelues en espérant, tels des surfeurs désespérés, de se retrouver miraculeusement sur la grosse vague qu’ils n’arrivent pas à voir venir. Régulièrement, on annonce donc un affrontement entre le parc des pc portables (nous dirons laptop) et celui des tablettes (on dira tablette – rigolez pas, en grattant le « s » on gagne un signe par itération du mot dans tout l’article).

Personnellement, ayant les deux, et en se basant simplement sur le baromètre des ventes, j’avoue convenir à la pythie pro-tablette ; pour cause, mon laptop date d’il y a deux ans, et ma tablette d’une petite année… Mais peut-on réellement opposer les deux produits qui sont, l’air de rien, totalement opposés dans leur(s) fonction(s) et leur(s) usage(s) ?

Écrire un commentaire

Superman fête ses 75 ans

Cela fait donc 75 ans que Jerry Siegel et Joe Shuster ont créé notre Superman mondialement connu et reconnu, créant du même coup un concept bien particulier, celui du surhomme doté de pouvoirs inhumains. Pour le coup, le génie fut surtout d’utiliser l’adjectif qualificatif « super », qui en bon concept marketing, allait devenir la clé du vocabulaire et de la mythologie de toute une culture. « Super-pouvoirs », « Super-héros », bien sûr, mais opposés aux « Super-Vilains ». En résumé, une couche méta qui élevait le combat de catch d’un cran, en le portant littéralement aux nues. D’ailleurs il est intéressant de constater que Superman ne volait pas au tout début, le décollage ne vint qu’ultérieurement – concept/process qui a d’ailleurs été récupéré astucieusement pour enrichir la trame de la série « Smallville ». C’est d’ailleurs la télévision qui aura causé cette mutation (plus compliqué, du moins en animation, de faire un gars qui court qu’un gars qui vole – et oui :-p) qui l’air de rien, va impacter toute la mythologie DC, orientée davantage vers les crises multiverses que par la traque aux braqueurs de banque (coucou Spiderman !).

Écrire un commentaire

What does the fox say ?

Difficile de passer à coté de ce phénomène musical et vidéo, qui est en train de faire le buzz on the net. Dignes dauphins de Psy et de son Gangnam style, les « frères comiques » d’Ylvis, les auteurs/compositeurs/interprètes de la chanson expliquent que leur intention n’allait pas jusqu’à produire un hymne planétaire, synonyme d’un jackpot proportionnel, juste produire un gag musical à la manière de ce que faisait régulièrement les Inconnus, il y a de cela deux décades maintenant (et vi). Quoi qu’ils en disent, What does the fox say est viral, et même ma personne, d’ordinaire sérieuse et impassible, a vu son masque légèrement écorné à l’écoute à et la vision du produit. Bon enfant, comique, basique, presque stupide, la chanson est un bijou d’humour décomplexé, qui se permet quelques sous-textes savoureux, légitimant encore davantage la consommation. Je pense notamment à l’incantation finale, véritable souhait d’introspection et de révélation, avec toute la symbolique habituelle (les bois profonds, le mystère caché, l’attente d’une réponse, etc.). Enfin, sémiologue par déformation professionnelle, j’avoue que je vois du signifiant et du signifié partout ! Merci Roland Barthes !

Écrire un commentaire

Problème de latence dans Wow : la solution VPN

Suite à mon dernier article sur Wow, dans lequel j’exprimais toute la frustration d’un client/usager complètement délaissé par ses fournisseurs de prestation (le FAI & l’organisation ludique), j’ai été tenté d’annuler mon abonnement et partir ailleurs. Cependant, après près de 10 années de jeu, arrêter ainsi équivalait à jeter aux orties tout le capital patiemment amassé. Par capital, j’entends le résultat de toutes les heures passées dans le jeu, me permettant tout de même de disposer d’un certain confort dans l’expérience ludique, et d’un nombre confortable de biens numériques acquis péniblement et qu’il serait fastidieux de recouvrer ailleurs.

2 Comments

Gros lag dans Wow : endgame ?

la premiere bd qui laggue sur arcticdreamer.fr

Wow et moi c’est une vieille histoire. Ou plutôt, Blizzard et moi, c’était du sérieux, une relation de près de 20 ans, vécue dans la passion et une certaine tendresse qui m’autorisaient parfois de beaux moments de nostalgie. Mais depuis le 22 septembre 2013, quelque chose ne tourne plus rond. Latence élevée, bugs récurrents et insupportables, freezes interminables… je ne reconnaissais plus le jeu qui m’avait assuré, pendant près de dix ans, un service technique stable et confortable. Dans ce genre de cas, on cherche le responsable, on se dit qu’il y a une troisième partie qui fout le bordel dans la relation, qui sème la zizanie. Le bouc-émissaire à la mode, en ce moment, c’est Free, et quand j’ai demandé des explications, on m’a de suite nommé le terrible agitateur qui a fait tant de mal aux prestataires en téléphonie mobile… un mal proportionnel au bien qu’il a procuré aux utilisateurs de ces mêmes services. Tout est affaire de point de vue, comme toujours.

Écrire un commentaire