What does the fox say ?

Difficile de passer √† cot√© de ce ph√©nom√®ne musical et vid√©o, qui est en train de faire le buzz on the net. Dignes dauphins de Psy et de son Gangnam style, les ¬ę¬†fr√®res comiques¬†¬Ľ d’Ylvis, les auteurs/compositeurs/interpr√®tes de la chanson expliquent que leur intention n’allait pas jusqu’√† produire un hymne plan√©taire, synonyme d’un jackpot proportionnel, juste produire un gag musical √† la mani√®re de ce que faisait r√©guli√®rement les Inconnus, il y a de cela deux d√©cades maintenant (et vi). Quoi qu’ils en disent, What does the fox say est viral, et m√™me ma personne, d’ordinaire s√©rieuse et impassible, a vu son masque l√©g√®rement √©corn√© √† l’√©coute √† et la vision du produit. Bon enfant, comique, basique, presque stupide, la chanson est un bijou d’humour d√©complex√©, qui se permet quelques sous-textes savoureux, l√©gitimant encore davantage la consommation. Je pense notamment √† l’incantation finale, v√©ritable souhait d’introspection et de r√©v√©lation, avec toute la symbolique habituelle (les bois profonds, le myst√®re cach√©, l’attente d’une r√©ponse, etc.). Enfin, s√©miologue par d√©formation professionnelle, j’avoue que je vois du signifiant et du signifi√© partout ! Merci Roland Barthes !

Personnellement, le cri du renard je le pratique tous les jours (ahah!), et je sais que l’animal glapit… sans savoir en fait √† quel son/bruit correspond ce verbe. Ce qui est amusant, c’est que la chanson des fr√®res Vegard relaie tout une mythologie mondiale sur le renard, qui demeure un animal √† la symbolique complexe et fascinante (sisi). On pense au d√©mon japonais Kitsune, √† la figure ambigu√ę des contes et r√©cits anciens (donnant souvent au canid√© un aspect psychopompe), au r√īle √©minemment politique de l’animal des fables d’Esope √† celles de La Fontaine… sans oublier l’incarnation d’une humanit√© poignante dans le Petit Prince de Saint Exup√©ry. Le renard est l’animal qui se pr√™te ainsi le plus facilement √† tout anthropomorphisme, car il incarne nos passions comme nos pulsions. Dans nos esprits, il en est devenu paradoxalement silencieux, figure iconique refl√©tant notre part de myst√®re et d’inconnu.

La chanson d’Ylvis nous offre ainsi comme r√©ponse un floril√®ge de sons et de bruits, dans une cacophonie paradoxalement harmonieuse, qui fait un √©cho sarcastique √† nos logorrh√©es sempiternelles, √† cette tour de Babel qu’est la communication globalis√©e. D’ailleurs, l’anthropomorphisme bat son plein au d√©but du clip, avec les paroles illustr√©es par les d√©guisements des acteurs du clip – on est compl√®tement dans la m√©taphore fabuliste, ramenant l’esp√®ce humaine √† un simple bestiaire (symbole d’une division immanente et in√©luctable au sein d’un syst√®me apparemment homog√®ne).

Et c’est √† ce moment de lecture de ce billet que vous vous posez la question : ¬ę¬†mais qu’est ce qui dit le renard ?¬†¬Ľ. Terrible mise en abyme qui me pousse √† clore rapidement cette r√©flexion, afin de ne pas troubler votre plaisir par quelques digressions intempestives.

Apr√®s, vous pouvez mettre de cot√© tout r√©flexe s√©miologique, et juste vous √©clater, √† l’instar de mon fils qui passe son temps √† s’√©gosiller dessus sans concevoir, √† un quelconque moment, qu’il contribue au myst√®re !

Le clip de What does the fox say, du groupe Ylvis (qui n’est donc pas mort – pardon ^^,)
à consommer sans modération :

Laisser un commentaire