Warning: Constant WP_CRON_LOCK_TIMEOUT already defined in /htdocs/arcticdreamer.fr/wp-config.php on line 98
De l'influence. - Arcticdreamer.fr Aller le contenu

De l’influence.

Ce matin, une émission courte mais sidérante sur France Culture : « Comment encadrer le secteur des influenceurs ? »

C’est effrayant d’entendre ce genre d’émissions, où on valide des catégories comme si elles étaient des vérités… « Influenceurs » ça ne veut rien dire, c’est juste, à la limite, du jargon marketing pour mettre une couche de vernis sur ce qui a toujours existé avec la sainte profession de critique. Van Gogh n’a jamais été reconnu pour son talent du temps de son vivant, ce drame n’a pourtant pas inspiré les forces publiques pour modifier cette tyrannie du bon goût qui tous les jours normalise l’injustice de la subjectivité. J’adore comment on débute le propos en angélisant la profession de critique… Depuis toujours des critiques véreux ont menti à leur public en faisant les beaux jours de leurs commanditaires, jamais il n’a été question d’encadrer malgré tout ces professions liées à la « recommandation », et je ne parle même pas des politiques qui ne respectent pas leurs promesses et leur programme. Je ne parle même pas de la publicité, car en résumé, ce qui est reproché aux « influenceurs » c’est donc bien d’en faire de manière « inapropriée ». Comme si la publicité était depuis toujours loyale et objective, jamais mensongère et manipulatoire.

La liberté ce n’est pas donner des moyens de contrôle, c’est contrevenir aux abus. Quand on veut prévenir les choses en créant des organismes ou des lois chargés de le faire, ça n’engendre que de la corruption ou des abus de pouvoir, de la censure et le tapis rouge à la propagande. Mais c’est peut-être le but, hein ? Sous couvert d’agir pour l’intérêt général et le bien des imbéciles, on se débrouille pour légalement verrouiller l’accès à ce qui aura droit de parole.

Arrêtez de vouloir imposer aux gens quoi penser, quoi vouloir, quoi rêver, ce n’est pas de la raison, c’est du totalitarisme. Informez loyalement, non à coups de propagandes téléguidées par des intérêts privés, marchands, qui justement réduisent des individus à n’être considérés que comme des « consommateurs », terme suremployé dans cette émission.

Pas la peine de créer des commissions ou des organismes pour « contrôler » et « valider » ce qui demeure, dans le cadre d’un réseau social comme Youtube, un acte d’expression personnel (car ici on n’entend que la partie commerciale, mais quid du discours politique, systémique ?). Développer l’esprit critique par la connaissance et la réflexion devrait être la solution proposée, pas cette vision qui réduit l’individu à une sorte d’animal stupide… si stupide qu’il faille avant tout limiter son choix et sa liberté du fait de son incapacité d’en faire bon usage.

Derrière cette fausse thématique de l’influence, il y a la tragédie banale d’un consumérisme désigné comme seule ambition existentielle. Si une personne immature regarde un contenu produit par une autre personne immature, il suffit de circonvenir à cette immaturité, pas enfiler un collier de dressage à leurs cous pour les contraindre comme des bêtes.

Une émission qui débute bien avec le rappel sain que le service public doit « éduquer ». Dommage que ça se termine en une énième version d’Orange Mécanique.

Au niveau rhétorique, c’est quand même un cas d’école… je me demande si je ne vais pas finir par faire du décorticage sémantique et sémiologique pour démontrer la malhonnêteté du propos. Enfin, c’est toujours le même processus : on prend un cas précis qui est transformé en « stéréotype » pour se donner l’occasion de créer une loi qui permettra de déborder, un peu, sur sa mission première. « Il va falloir », « contrôler », « Digital Service Act », « Signaleur de confiance »… tout un chouette programme à venir.

Allez, la vidéo, que je viens de regarder pour la quatrième fois, histoire de bien me faire mal.

Les commentaires sont fermés mais les trackbacks et les pingbacks sont activés.