Aller le contenu

Superman & the Autority

Il y a peu, j’ai réagi à une vidéo sur Youtube concernant un petit débat sur le Batman versus Superman de Snyder. Simplement car les deux tribuns partageaient pour le coup une franche admiration sur le plan du collier de perles de la mère de Bruce Wayne, qui se brise tandis que le coup de feu fatal met fin à sa vie. Je m’étais donc permis de rappeler que cette image, ce moment, cette métaphore, cette idée, était celle de Frank Miller dans son mythique Dark Knight, paru à la fin des années 80 et que j’ai dans ma bibliothèque, édition Zenda (j’ai dû corriger j’avais écrit « Zelda » mdr), juste à coté des Watchmen de Moore. Réaction assez étrange de la rédaction (car les deux youtubers font partie d’une équipe éditoriale qui à l’évidence possède un pragmatique mais maladroit community manager) qui m’a répondu qu’ils le savaient… mais qu’ils n’avaient pas voulu surcharger la vidéo d’infos « inutiles » vu la richesse intrinsèque de l’échange. Oui, mais non. Personnellement, je n’ai pas insisté, car je sais aussi que Miller passe souvent pour un extrémiste aux idées réactionnaires (en gros, il a tendance à un peu trop célébrer le patriotisme en stigmatisant « l’étranger », cet envahisseur perfide,… ce qui est toujours délicat en ces temps d’universalité bienveillante). Je peux le comprendre, donc je n’insiste jamais, même si je suis conscient de l’apport de Miller dans le paysage du comics (avec Daredevil et Batman en tête). Mais en gros, je disais dans mon intervention que ce film est un hommage évident au comics de Frank Miller…. et ces derniers jours, la news est sortie :https://www.eklecty-city.fr/cinema/justice-league-zack-snyder-dark-knight-returns/me donnant définitivement raison. Simon, cette phrase est pour toi mdr.

J’ai commencé à lire des comics à l’âge de 5 ans. Mes parents m’achetaient Pif Gadget, mais moi je voulais lire les aventures d’Iron man, de Spiderman, des X-men, etc. Je suis donc de ceux qui ont une grosse culture « classique » des comics, et j’ai décroché vers 2010, un peu irrité de voir que la philosophie américaine du refus de la vieillesse et de la mort provoquait des constants reboots de ces histoires et des héros concernés. Le déclenchement fut le sort de Peter Parker aka Spiderman, qui dans une histoire se voit projeté dans le passé, avant l’arrivée de Mary Jane dans sa vie. Vendu comme un retour de l’âge d’or, moi je l’ai vécu comme un effacement de mes souvenirs. Puis le choix implacable des producteurs des films, consistant à tout réinventer ou changer, a brisé toute ambition de rester à jour dans cet univers sans cesse changeant. Et pour finir… et Henry Pym alors ?!!!!

Mais dans ma fameuse bibliothèque, j’ai conservé précieusement des comics qui sont pour moi des chefs-d’oeuvre. Et en bonne place, je possède les premiers volumes de The Autority, qui fut pour moi à l’époque une initiation aux nouveaux scénaristes des comics, iconoclastes et géniaux, que furent et sont encore Grant Morrison, Mark Millar, et Warren Ellis. D’ailleurs, bien plus que The Autority, Planetary reste l’oeuvre que j’affectionne le plus. Mais comment décrire une histoire qui recycle le vieux signal des 4 Fantastiques en svastika ? Il y a du génie dans ces scénarios, et il me vient cette vérité que l’apport de Mark Millar dans le succès des Vengeurs au cinéma me semble un peu minimisé. Avec Brian Hitch, c’est ce duo qui a fait le choix d’utiliser Samuel Jackson comme modèle pour la nouvelle version de Nick Fury par exemple. Enfin, et en bref, j’ai décroché, en arrêtant d’étaler (comme ici) ma petite culture de vieux fan des comics, un peu déçu de ne plus pouvoir prophétiser le déroulement des intrigues… mais comprenant parfaitement le choix des producteurs dans un monde qui pour vibrer doit être nécessairement surpris et étonné. Mais de là à créer une love story entre Hulk et la Veuve noire, j’ai jamais pu adhérer.

Cependant, il y a deux jours, les rumeurs d’un futur comics m’a fait vibrer et m’a fait retrouvé l’excitation que je ressentais, antan, quand on annonçait des cross overs mythiques…. Superman & The Autority c’est juste l’archétype associé à l’iconoclastie. Après, il y a eu un dessin animé Superman contre l’Elite, qui l’air de rien est une réponse (et une caricature) à l’irrévérence de The Autority, et donc un détournement des héros de ce comics qui finissent d’ailleurs par se noyer dans leur cynisme face à l’inamovible puissance morale de Superman.

Dans l’attente donc, car pour le coup, le détournement sus nommé ne rendait pas justice à l’émouvante Jenny Sparks, l’esprit du vingtième siècle, avec son insolent Union Jack sur le tee-shirt, qui meurt au début du nouveau siècle… The Autority ce n’était pas un groupe de punks souhaitant détruire le monde en n’agissant qu’à leur tête… c’était surtout des libertaires qui conscients de leurs pouvoirs, voulaient s’affranchir d’une certaine autorité pour favoriser la justice. La vraie, celle qui répare les préjudices des faibles, des démunis et des opprimés. Dans cette idée de l’autorité, le comics révolutionnait le discours tout en invitant à la réflexion. Les voir revenir, au détour d’un comics inattendu, ne pouvait que m’inspirer cet article enthousiaste d’un vieux fan endormi.

Les commentaires sont fermés mais les trackbacks et les pingbacks sont activés.